Préparation mentale (Elodie Von Rotz-079/451 44 51)

Elodie Von Rotz intervient chez les élèves SAF de 9CO au niveau de la préparation mentale.

Ci-dessous un résumé de sa part :

Le mental, il en faut pour réussir dans le sport. Nous sommes tous d’accord à ce sujet. Les avis commencent cependant à diverger sur la manière de l’obtenir :

  • Voir un professionnel?

o    Lequel?

o    Comment savoir que nous n’avons pas à faire à un « gourou-charlatant »?

  • Le mental est-il inné?
  • Le mental, se travaille-t-il vraiment?
  • Le psychologue, c’est pour les fous. Le sportif qui a donc besoin d’un psychologue, serait-il un fou?
  • Psychologue, psychologue du sport, psychothérapeute, préparateur mental, coach sportif, coach de vie,…

o    AU SECOURS! Vers qui se tourner?!

Parce qu’une personne bien informée, c’est une personne bien orientée, qui obtient les réponses à ses questions et qui pourra être satisfaite de l’aide reçue. L’objectif, c’est de vous aider à trouver le professionnel qui vous conviendra et qui vous aidera à vous surpasser.

Le mental peut déjà se diviser en deux catégories distinctes, mais complémentaires :

  1. La préparation mentale
  2. La psychologie du sport

Rapidement d’abord, quelques définitions des métiers pour se retrouver parmi tous ces professionnels :

Psychiatre Titre obtenu après une formation universitaire en médecine de 6 ans, suivie par une formation post-grade en psychothérapie selon l’orientation désirée (psychanalytique, systémique, humaniste,…)
Psychologue Titre, protégé depuis janvier 2015, qui garantit une formation universitaire en psychologie avec l’obtention d’une Licence ou d’un Master (5 ans de psychologie).
Psychologue psychothérapeute   Titre de spécialisation reconnu et délivré par la Fédération Suisse des Psychologues, pouvant avoir diverses orientations (psychanalytique, systémique, cognitivo-comportemental,…). La formation ne peut être suivie qu’après avoir obtenu une Licence ou un Master en psychologie dans une université et dure entre 2 et 5 ans.
Psychologue du sport Titre de spécialisation, au même titre que la formation ci-dessus, mais orientée dans le sport
Préparateur mental Titre dont la formation suisse exige un niveau universitaire (CAS). Il est cependant possible d’être reconnu par la Swiss Association of Sport Psychology via un titre universitaire d’une université étrangère après une demande de reconnaissance de titre.
Coach mental Profession dont le titre n’est pas protégé et pourrait donc être exercée par « Monsieur et Madame tout le monde ». Cela n’enlève cependant pas au professionnalisme de certains bons coachs mental qui n’avaient pas la formation scolaire suffisante pour pouvoir faire une des formations ci-dessus, mais qui bénéficient de la clairvoyance nécessaire pour comprendre et entourer le sportif. Il est toutefois fortement recommandé de ne pas se diriger en première instance vers l’un de ces professionnels sans quelques avis positifs au préalable.
Coach de vie Idem que pour le coach mental.

 

Plus précisément pour le préparateur mental et le psychologue du sport:

Le préparateur mental :

  • Une question? Le préparateur mental donne la réponse. A chaque problème sa solution. J’aime personnellement, lors de mes rencontres avec de jeunes sportifs, faire la comparaison avec les jeux vidéos: le préparateur mental vous donne les codes pour réussir votre jeu. Bien évidemment, certains arriveront à finir le jeux sans les codes, mais pourquoi se compliquer la vie si l’on a la possibilité de pouvoir y accéder?
  • Un préparateur mental donne donc des solutions directes à des problèmes concrets.

o    Un problème de stress? Il existe de très nombreux exercices qui permettent d’y remédier, des plus connus aux plus oubliés: la respiration, la visualisation, l’ancrage positif, la PNL,…

o    Un problème de colère? De gestion d’une émotion?

o    Un problème de TOC? Oui, c’est tabou, mais nous développons vite des « TOC » ou des « rituels » qui nous aideront à gagner. Il est important d’en parler: rien n’est anormal, c’est, au contraire, souvent une force. Cependant, il faut avoir des résultats non-aléatoires et dépendants de nous-même! Cela semble théoriquement compliqué, mais ça ne l’est pas. Il faut juste s’y mettre avant que de mauvais rituels commencent à nous prendre trop d’énergie mentale.

  • Un préparateur mental devrait avoir une durée de vie limitée.Si, après avoir reçu tous les codes du jeu vous ne parvenez toujours pas à progresser, le problème a peut-être des origines plus profondes que vous ne le pensiez et c’est là que le psychologue du sport entre en jeu…

 

Le psychologue du sport :

  • Vous avez peut-être vu un préparateur mental, mais des problèmes persistent, comme un stress constant, un « sabotage » involontaire de sa compétition, une perte de motivation, une perte de confiance en soi,… Un psychologue est donc de mise pour vous aider à régler vos problèmes sous-jacents.
  • La durée de vie d’un psychologue est donc illimitée en fonction de vos progrès.
  • Le psychologue du sport peut aussi revoir certains exercices vus avec le préparateur mental si cela s’avère pertinent, mais principalement il permet la liaison entre les problèmes extérieures et les problèmes dans le sport pour aider à conscientiser le tout et donc régler le problème dans le fond. Il est en effet difficile de pouvoir être à 100% dans sa bulle si des problèmes privés encombrent notre esprit (une mauvaise note, une dispute, une punition,…). J’aime d’ailleurs expliquer à mes élèves qu’il semble correct d’avoir une belle pièce propre, mais à partir du moment où l’on a poussé toute la poussière sous le tapis, cette dernière ressortira forcément un jour et devra être réellement enlevée de la pièce. Plus concrètement, je remarque souvent des élèves qui réalisent parfaitement leurs exercices de détente pour diminuer la frustration et font donc preuve d’un comportement exemplaire, mais sont, intérieurement, toujours autant en colère, voire plus, et risquent de perdre en concentration ou en régularité. C’est sur ces détails plus intimes et internes que le psychologue du sport est appelé à intervenir.

 

Le mot de la fin:

Enfin, selon moi, il est primordial de souligner le fait qu’un bon professionnel ne vous jugera JAMAIS! Il n’est pas de son rôle de le faire. Il est votre collaborateur et son seul but est le développement de votre satisfaction, de vos compétences et de vos valeurs. Tous vos « ratés » (que vous jugez comme tels) ne sont pour lui que des succès retardés.

Elodie Von Rotz

https://www.getyourbest.ch